Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musées et expositions à Bordeaux.

Pluies, alertes météo, inondations, la télé et les médias en général nous bassinent avec la misère de des pauvres gens coupés du Monde, histoire d'entretenir nos peurs.

Mais n'est ce pas ce qu'on appelle un temps de saison ?

C'est vrai, à par la météo, on a pas grand chose à se mettre sous la dent.

Ah j'oubliais l'insécurité, heureusement le « beau » François congédiant sa femme de quelle manière (?) les occupent et nous en gavent depuis déjà deux semaines.

Pendant ce temps, on ne parle pas des sujets qui fâchent, comme le ralliement sans combat du PS au libéralisme.

Où plutôt son adhésion, qui devrait pourtant nous interpeller davantage. Pourtant les conséquences vont être catastrophiques pour les plus fragiles d'entre nous. Où commence d'ailleurs la fragilité ?

Toujours moins d'Etat (donc de protections sociales), toujours plus d'appétit libéral donc de subventions pour les sociétés avec nos impôts cela va sans dire.

Gérer et créer la misère semble devenir le crédo des dirigeants politique français.

Mais on est pas là que pour se faire mal.

Une histoire de l'art aborigène
Une histoire de l'art aborigène
Une histoire de l'art aborigène
Une histoire de l'art aborigène
Une histoire de l'art aborigène
Une histoire de l'art aborigène
Une histoire de l'art aborigène

Une histoire de l'art aborigène

Bordeaux, ce n'est pas seulement le vin mais aussi la culture. Cette semaine après la visite (gratuite) du Musée des Beaux Arts (réouvert après travaux fin 2013), un petit coup d'oeil au Musée d'Aquitaine (gratuité d'accès pour les collections permanentes).

J'y suis retourné en famille revoir les salles consacrées à l'esclavage (il faut toujours exercé sa mémoire) puis nous en avons profité pour visiter l'exposition temporaire :

« Mémoire vive . Une histoire de l'art aborigène ».

Un parcours inédit au cœur de la création aborigène. Visible j'usqu'au 30 mars 2014.

Comme c'est souvent le cas, la présentation des œuvres exposées au Musée d'Aquitaine relève d'une belle scénographie. Rappelez vous celle consacrée aux masques africains il y a quelques années. Un choc.

Mais pour en revenir à celle-ci elle vous fera découvrir 150 objets anciens et œuvres modernes. :

Peintures sur écorce, fresques sur le sable, photographies et vidéos. Le tout avec des explications sur les dessins, leurs significations ans la culture aborigène.

« Ce court-circuit temporel permet à la fois de présenter une tradition artisitique ancienne et mal connue et d'exposer le travail de réiniterprétation historique au cœur de nombreuses recherches contemporaines. En partant du constat que l'art des premiers Australiens a longtemps été perçu comme un modèle d'art primitif, nous voulons montrer qu'il est à la fois ancien et moderne. »

Pari réussi car ce n'est pas une expo tournée vers le passé mais très actuelle,ouverte aux influences traditionnelles réinventées et contemporaines.

J'ai retenu un mot en langue aborigène Waru.

Avant le téléphone aujourd'hui répandu dans la population, les hommes du Bush prévenait de leur arrivée les voisins lointains en mettant le feu aux buissons, ainsi ils les prevenaient de leur arrivée.

Pas très écolo mais effcicace aux dires des utilisateurs.

Tag(s) : #Infos et divers

Partager cet article

Repost 0