Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pouvoir, servitude et idéologie

« La conscience ne peut jamais être autre chose que l’Être conscient et l’Être des hommes c’est leur processus de vie réel. »

Hier j'ai assisté dans le cadre des Rencontres Philosophiques d'Espaces Marx Aquitaine à une conférence de Claude MORILHAT, docteur en philosophie pour la sortie de son livre : Pouvoir, servitude et idéologie, à la librairie bien connue « La machine à lire » Place du Parlement Saint Pierre à Bordeaux .

Du pointu devant un public attentif et savant.

Un petit voyage qui a pour nom Etienne de La Boétie *,Karl Marx **,Antonio Gramsci***, Louis Althusser ****, Pierre Bourdieu**** , Jacques Rancière.

Un peu de remue méninge ne fait pas de mal dans une tentative de répondre à la question de l'acceptation volontaire de l'idéologie dominante et donc du système capitaliste injuste par la grande majorité des citoyens.

La machine à lire conférence de Claude Morilhat
La machine à lire conférence de Claude MorilhatLa machine à lire conférence de Claude Morilhat

La machine à lire conférence de Claude Morilhat

Claude MORILHAT a notamment publié : La Mettrie. Un matérialisme radical (PUF, 1997), Philosophie ou libertinage. Rorty et le discours postmoderne (Kimé, 2001), Empire du langage ou impérialisme langagier ? (Page deux, 2008).

Propos du livre :


« Le point de départ du livre est le paradoxe soulevé naguère par Étienne de La Boétie. Pourquoi les hommes consentent-ils à leur domination ? Pourquoi luttent-ils parfois pour elle comme s’il s’agissait de leur liberté ? Si l’on suit Marx et la tradition qui s’en réclame, c’est le concept d’idéologie qui permettrait d’expliquer l’acceptation de la domination. À chaque époque les idées dominantes, celles qui justifient le statu quo, sont celles de la classe dominante qui contrôle « les moyens de la production intellectuelle ». [...] Pour comprendre la servitude aujourd’hui et l’adhésion à l’ordre capitaliste, il faut partir du monde du travail. [...] C’est dans l’entreprise que se joue principalement l’adhésion à l’ordre en place. C’est là que les salariés sont exposés à l’idéologie de la fatalité économique et de la course à la compétitivité. C’est là aussi qu’ils vivent la peur du chômage qui achève de convaincre ceux qui sont imperméables à l’idéologie.


Claude Morilhat nous invite à repenser de façon souple les racines de l’idéologie dominante en regardant lucidement les dangers de toute critique de l’idéologie. » (Florian Gulli, L’Humanité)


Le débat, organisé dans le cadre des Rencontres Espaces Marx, sera animé par Gérard Loustalet-Sens, Psychologue Scolaire, membre du Conseil d'Orientation d'Espaces Marx, chroniqueur à l'Hebdomadaire "Les Nouvelles de Bordeaux".

Quelques étapes de la réflexion sur l'idéologie.

E. de La Boétie, F. Engels, K. Marx, A.Gramsci, L.Althusser, A Bourdieu et J. RancièreE. de La Boétie, F. Engels, K. Marx, A.Gramsci, L.Althusser, A Bourdieu et J. Rancière
E. de La Boétie, F. Engels, K. Marx, A.Gramsci, L.Althusser, A Bourdieu et J. RancièreE. de La Boétie, F. Engels, K. Marx, A.Gramsci, L.Althusser, A Bourdieu et J. Rancière
E. de La Boétie, F. Engels, K. Marx, A.Gramsci, L.Althusser, A Bourdieu et J. RancièreE. de La Boétie, F. Engels, K. Marx, A.Gramsci, L.Althusser, A Bourdieu et J. RancièreE. de La Boétie, F. Engels, K. Marx, A.Gramsci, L.Althusser, A Bourdieu et J. Rancière

E. de La Boétie, F. Engels, K. Marx, A.Gramsci, L.Althusser, A Bourdieu et J. Rancière

* Le discours de la servitude volontaire, premier texte sur l'idéologie de la domination librement accepté , rédigé en 1549 par Etienne de La Boétie.

Ce texte consiste en un court réquisitoire contre l'absolutisme (une quarantaine de pages) qui étonne par son érudition et par sa profondeur, alors qu'il a été rédigé par un jeune homme d'à peine dix-neuf ans.

Ce texte pose la question de la légitimité de toute autorité et d'après Claude Morilhat de premier texte tentantl'idéologie allemande d'analyser les raisons de la soumission de celle-ci (rapport « domination-servitude »).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_la_servitude_volontaire

** L'idéologie allemande est un approndissement de cette reflexion avec nos deux compères Marx et Engels. Le texte écrit entre 1845/1846 est très polémique et les oppose aux Egeliens.Il n'a été publié qu'en 1932.

« La conscience ne peut jamais être autre chose que l’Être conscient et l’Être des hommes c’est leur processus de vie réel. »

http://quefaire.lautre.net/spip.php?page=article&id_article=136

***Antonio Gramsci né à Ales en Sardaigne le 22 janvier 1922 et dcd à Rome le 27 avril 1937) est un écrivain et théoricien marxiste, membre fondateur du Parti communiste italien, dont il fut un temps à la tête, il demeure en prison sous le fascisme

Il a étudié les problèmes de la culture et de l'autorité, ce qui en fait un des principaux penseurs du courant marxiste. Il oppose à la dialectique matérialiste « brute », une « philosophie de la praxis ». Sa conception de l'hégémonie culturelle comme moyen du maintien de l'État dans une société capitaliste a fait date. Beaucoup cité, y compris par ses adversaires, il a renouvelé au vue de la Révolution de 17, la question sur l'idéologie et de l'hégémonie de la pensée révolutionnaire. A lire pour bien le comprendre l'article du Diplo ci dessous.

http://www.monde-diplomatique.fr/2012/07/KEUCHEYAN/47970

****Louis Althusser, né le 16 octobre 1918 à Birmandreis (Algérie), mort le 22 octobre 1990 à La Verrière (Yvelines), est un philosophe français, membre du Parti communiste, à l'origine d'un important renouvellement de la pensée marxiste dans une perspective généralement associée au structuralisme, théorie caractéristique du Zeitgeist des années 1960, avec notamment Roland Barthes et Claude Lévi-Straus

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Althusser

**** Pierre Bourdieu Bien que n'étant pas directement marxiste, (1930-2002) est l'un des sociologues français les plus importants de la deuxième moitié du xxe siècle et qui, à la fin de sa vie, devint, par son engagement public, l’un des acteurs principaux de la vie intellectuelle française. Sa pensée a exercé une influence considérable dans les sciences humaines et sociales, en particulier sur la sociologie française d’après guerre.

Son œuvre sociologique est dominée par une analyse des mécanismes de reproduction des hiérarchies sociales. Bourdieu insiste sur l’importance des facteurs culturels et symboliques dans cette reproduction et critique le primat donné aux facteurs économiques dans les conceptions marxistes.

http://pierrebourdieuunhommage.blogspot.fr/

*****Jacques Rancière (né en 1940 à Alger) est un philosophe français, professeur émérite à Paris VIII Saint Denis. Non marxiste il s'en détache. Élève de Louis Althusser, il participe en 1965 à Lire le Capital avant de se démarquer rapidement de son ancien professeur à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm.

En 1974, il écrit La Leçon d'Althusser, qui remet en cause sa démarche.

À la fin des années 1970, il anime avec d'autres jeunes intellectuels comme Joan Borell, Arlette Farge, Geneviève Fraisse, le collectif Révoltes Logiques qui, sous les auspices de Rimbaud, remet en cause les représentations du social traditionnel et fait paraître une revue. (Les contributions de Jacques Rancière à cette revue ont été regroupées dans un ouvrage Les Scènes du peuple édité chez Horlieu en 2003).

Parallèlement, il se penche sur l'émancipation ouvrière, les utopistes du xixe siècle (notamment Étienne Cabet) et commence à voyager régulièrement aux États-Unis. De ce travail naîtra sa thèse d'État parue sous le titre : La Nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier.

http://www.scienceshumaines.com/rencontre-avec-jacques-ranciere-l-emancipation-est-l-affaire-de-tous_fr_27148.html

Tag(s) : #lecture

Partager cet article

Repost 0