Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

drapeau du Québec
drapeau du Québec

Récit des vacances 2014 dans les Amériques du Nord :

Canada 1ère partie

Côté Canada, de Montréal, à Québec, puis Toronto et les Chutes du Niagara.

Côté USA , objectif New York « The State of Empire » puis passage par Montréal pour le retour sur le Vieux Continent début août.

Un périple inoubliable que j'annote pour me (vous) le rappeler et peut être vous donner envie d'y aller en donnant quelques tuyaux autour de notre modeste expérience afin de les préparer à ce tour.

Et rappeler aux autres de bons moments.

Tête à plaquesTête à plaquesTête à plaques
Tête à plaques

Tête à plaques

Chutes du Niagara
Chutes du Niagara

Pour le voyage, le choix s'est porté sur un aller retour Paris Montréal, plus souple et moins cher.

Pour les déplacements, le bus est pratique sur des distances assez courtes (200 km).

Les trains canadiens sont extra, c'est moins vrai pour Les E.-U. Ce qu'ils ont en commun c'est leur lenteur.

Pour loger on a donc testé plusieurs formules.

L'appart hôtel est une bonne formule. On peut y faire un peu de cuisine mais les plats cuisinés sont en abondance chez tous les dépanneurs ou fast food, conjugués àl 'infini suivant les origines ethniques ou leurs spécialités. Il n'y a pas que Mac Do aux USA.

L'hôtel on a évité au maximum mais pour les séjours de deux nuits c'est difficile passer au travers.

Enfin, à New York , location en direct avec l'habitant (pas cher).

En définitive les prix sont comparables en niveau aux nôtres car il faut toujours ajouté au prix fixé des taxes (15 à 20 % supplémentaire) voir un pourboire.

Pour la nourriture c'est le fast food en permanence par défaut car ce séjour nous a amené à énormément marcher (très sportif) et l'aspect culinaire s'est effacé au profit de haltes de récupération.

De plus le décalage horaire modifie quelque peu les repères et rdv gastronomiques. Par contre à chaque fois que nous avons décidé de manger « normalement », la qualité, la quantité étaient là.

La "bouffe" mais aussi de la bonne nourriture américaine. Un hommage à un ami chef, aujourd'hui disparu Bernard Savini
La "bouffe" mais aussi de la bonne nourriture américaine. Un hommage à un ami chef, aujourd'hui disparu Bernard Savini
La "bouffe" mais aussi de la bonne nourriture américaine. Un hommage à un ami chef, aujourd'hui disparu Bernard Savini
La "bouffe" mais aussi de la bonne nourriture américaine. Un hommage à un ami chef, aujourd'hui disparu Bernard Savini
La "bouffe" mais aussi de la bonne nourriture américaine. Un hommage à un ami chef, aujourd'hui disparu Bernard Savini
La "bouffe" mais aussi de la bonne nourriture américaine. Un hommage à un ami chef, aujourd'hui disparu Bernard Savini
La "bouffe" mais aussi de la bonne nourriture américaine. Un hommage à un ami chef, aujourd'hui disparu Bernard Savini
La "bouffe" mais aussi de la bonne nourriture américaine. Un hommage à un ami chef, aujourd'hui disparu Bernard Savini
La "bouffe" mais aussi de la bonne nourriture américaine. Un hommage à un ami chef, aujourd'hui disparu Bernard Savini
La "bouffe" mais aussi de la bonne nourriture américaine. Un hommage à un ami chef, aujourd'hui disparu Bernard Savini

La "bouffe" mais aussi de la bonne nourriture américaine. Un hommage à un ami chef, aujourd'hui disparu Bernard Savini

Chateau Frontenac à Québec
Chateau Frontenac à Québec

Le voyage :

Des impressions par dizaines, des blocages qui se lèvent et des découvertes tout aussi surprenantes. Nous avons donc choisi de voyager en train ou par bus, transports moins coûteux et susceptible de nous faire voir d'autres aspects de la vie locale et quotidienne.

Avec quelques bonnes et mauvaises surprises principalement dû à la longueur des voyages ferroviaire (c'est pas le TGV) et les tracasseries administratives pour entrer aux US. Pour les contacts avec les voyageurs pas grand chose, chacun restant cloîtré devant son I pad ou branché sur son jeu ou sa musique.

J'ai donc choisi de commencer par le Québec.

Ce circuit « Nouveau Monde », auto-réalisé rapidement m'a semblé pertinent, il nous fallait une petite montée en puissance, des paliers de compression, avant de nous plonger dans la « Babylone des Temps Modernes ».

Bien sûr Québec est la plus européenne des villes d'Amérique. On y parle uniquement le joual ou le français et si les québécois sont très attachés à leur langue (ils sont pour la plupart trilingue), l'anglais progresse beaucoup et plus, en s'enfonçant vers l'Ouest,

Québec est une fort jolie ville, elle ressemble un peu à Saint Malo avec ses remparts.

On en fait le tour à pied sans problème. A voir le très beau, documenté, moderne, pédagogique, Musée de la Civilisation,

Étape gourmande au petit marché, ou l'on peut déguster des mets locaux, bref on est un peu «comme chez nous » chez nos cousins québécois.

Leur devise « Je me souviens » présente sur leur véhicule est bien là pour nous rappeler ces liens historiques.

Pas trop de dépaysement si ce n'est l'échelle des distances XXL.

Lever de soleil sur Québec, clin d'oeil au festival du rire à Montréal, la Tour CN de Toronto et les ChutesLever de soleil sur Québec, clin d'oeil au festival du rire à Montréal, la Tour CN de Toronto et les ChutesLever de soleil sur Québec, clin d'oeil au festival du rire à Montréal, la Tour CN de Toronto et les Chutes
Lever de soleil sur Québec, clin d'oeil au festival du rire à Montréal, la Tour CN de Toronto et les Chutes

Lever de soleil sur Québec, clin d'oeil au festival du rire à Montréal, la Tour CN de Toronto et les Chutes

Montréal vue du Mont Royal
Montréal vue du Mont Royal

En parlant de distance à l'aller, venant de Montréal nous avons pris le bus ( 2h30 de route). Pour Toronto, là le train s'est imposé.

Mais avant il s'agit de parler de Montréal.

Ville est à la fois immense, active mais le ressenti est celui d'un grand calme. Nombreux contacts avec « des vrais gens », serviables et souriants.

Dynamisme alimenté par les festivals, jazz, poésie, cultures indiennes et celui du rire lorsque nous y étions.

La ville n'est pas « haute » beaucoup de petites maisons au style un peu anglais avec leur jardinet et des buildings ne pouvant dépasser les 220 m (hauteur du Mont-Royal) accentue cette impression d'être une ville moderne à échelle humaine.

Vu, le Musée MCCord, petite structure en centre ville sur l'histoire de habillement et la culture indienne particulièrement documenté. Les « gardiens » de ces salles ne sont pas là, contrairement à nos musées pour vous surveiller (impression souvent désagréable) tout en s'ennuyant plus ou moins discrètement mais sont aussi des animateurs et des guides. Ils viennent à votre rencontre pour vous donner les explications.... souhaitées.

Montréal, c'est le Mont Royal, lieu de promenade culte, l’île Sainte Hélène et toutes ses activités musicales, de jeux pour petits et grands, ouvrant encore plus cette cité à la nature.

Rappelons que la ville est située sur une île comme New York et cette insularité renforce ainsi cet « à par ».

Modernité et traditions, jeune et sportive bref une ville ou-verte (beaucoup d'arbres, de verdure, donc d'écureuils) et un maximum de français établis et on sent qu'il y a de la place pour d'autres pionniers (avis aux amateurs). Mais contrairement à New-York, ici la misère se voit. Pas mal de routard et de SDF, jeunes tout compte fait.

A voir en hiver..... comme le chante Charlebois qui m'a accompagné en permanence dans cette ballade.

A suivre.

Une des plus belles chanson française. Merci Robert

Tag(s) : #Ballades et rencontres

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :