Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

M et Mme Frick
M et Mme Frick

En ballade à New York cet été, nous avons découvert la collection Frick, son magnifique hôtel particulier et La collection d'art de toute beauté collectée par le richissime industriel américain.

MAIS A QUEL PRIX !

J'étais habitué en France, à ces riches hommes et femmes d'affaires dit "sociaux" caractéristique à la fin du XIX è siècle, influencés par le Saint simonisme voir le fouriérisme et qui ont légué leurs collections d'art ou possessions à l'Etat ou à ses Institutions, comme le couple Jacquemart André ou les frères Pereire, et du rôle central de l'Etat, depuis la Révolution Française de constituer des collections artistiques pour en faire profiter le pays et ses habitants.

Tout autre semble être obéir la volonté de ce Monsieur Frick qui loin de mettre en pratique un idéal social et une éducation populaire, semble n'avoir suivi que ces propres passions, glorifiant à travers son œuvre, sa réussite et la nouvelle puissance américaine à l'image des autres milliardaires New Yorkais qui sera à l'origine des musées de la grosse pomme. On doit donc à Mister Frick le mot fric mais aussi celui de mur de l'argent (voir article plus bas )

Oui le fric c'est chic mais quel choc quand on connait l'origine anti-ouvrière et l'histoire de cette fortune.

L'hotel particulier à New York

L'hotel particulier à New York

l'agence Pinkerton encadrant des non grévistes
l'agence Pinkerton encadrant des non grévistes

"En 1892, Frick tente de briser une grève qui se tient à l'aciérie de Homestead. La convention collective arrivant à terme, les ouvriers de Homestead demandent une augmentation de salaire afin d'avoisiner celui du marché et proportionnelle à l'accroissement des bénéfices accompagnant l'essor de l'industrie américaine de l'acier, favorisé par le prix élevé de l'acier d'importation.

Frick n'hésite pas à annoncer par voie de presse qu'il préfère voir les ouvriers morts plutôt que d'accéder à leur revendication et il menace de faire appel à la Pinkerton National Detective Agency, engageant 300 de leurs agents de pour créer une milice patronale et protéger la continuité de la production de son usine par des ouvriers non syndiqués.

Il fait au préalable protéger les usines de Homestead et bâtir un mur d'enceinte. L'usine est ainsi rebaptisée par les ouvriers « Fort Frick ». Équipée de fusils Winchester, la milice, dans la nuit du 5 juillet au 6 juillet 1892, essaye de casser le mouvement ouvrier. Dix personnes dont neuf ouvriers perdent la vie dans ces affrontements, qui font également de nombreux blessés.

La position intransigeante de Frick lors de ce conflit social et son opposition aux syndicats le rendent impopulaire.

La même année, l'anarchiste d’origine russe Alexandre Berkman (proche d'Emma Goldman, que Hoover désigna comme « la femme la plus dangereuse d'Amérique ») tente d'assassiner Frick pour venger les ouvriers décédés. Gravement blessé par balle, Frick retourne néanmoins au travail au bout d'une semaine. Berkman est quant à lui condamné à 22 ans de prison et gracié en 1906, soit après dix-huit années d'incarcération."

( extrait de l'article de Wikipédia : "Henry Frick" )

l'ananrchiste Emma Goldmann en 1910 "ennemi public n°1"

l'ananrchiste Emma Goldmann en 1910 "ennemi public n°1"

Le freak c'est chic !

Tag(s) : #Ballades et rencontres

Partager cet article

Repost 0