Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le silence des pantoufles plus assourdissant que le bruit des bottes

J'imaginais le fascisme comme une horde de cranes rasés matraques à la main participant aux ratonnades et venant arrêter, tuer leurs opposants.

Je l'imaginais arriver après un coup d'état militaire,

Je m'imaginais aussi le fascisme ou toute forme de totalitarisme opposé aux valeurs de la Démocratie et des Droits de l'Homme, arriver après un bouleversement social réprimé par les forces conservatrices,

bref une rupture brutale avec ce qui fait notre pays autour de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité.

Là, je dois dire, être pris de court par cet "Etat d'urgence" proposé et défendu par un premier ministre "socialiste".

Ecoutons le hier au Sénat :

« Je suis extrêmement dubitatif sur l’idée de saisir le Conseil constitutionnel. Parce que je souhaite que nous allions vite sur la mise en œuvre des dispositifs que vous allez voter (...) Il y a toujours un risque à saisir le Conseil constitutionnel », a lancé le Premier ministre, lors de la discussion au Sénat du projet de loi sur l’état d’urgence, approuvé hier par l’Assemblée.

« Si le Conseil répondait que la loi révisée n’est pas constitutionnelle sur un certain nombre de points, de garanties apportées, cela peut faire tomber 786 perquisitions et 150 assignations à résidence déjà faites ».

Si la lutte contre le terrorisme semble indispensable, les orientations liberticides prise par le gouvernement avec l'appui de nos élus de l'extrême droite au FdG (à quelques exceptions écologistes, PS et PC) inquiètent.

Par l'interdiction du droit de manifestation, les bavures, les arrestations illégales, la mise en place progressive d'un Etat de Guerre, la criminalisation des mouvements sociaux, on peut imaginer bientôt les dénonciations des "mauvais français", l'obligation conseillée, par encore obligatoire de mettre le drapeau bleu blanc rouge sur les fenêtres, font que ces "socialistes" par leur réponse du "Tout Etat" prennent le risque de tourner le dos à notre "Etat de Droit", auquel pourtant ils se réfèrent, prenant des mesures liberticides contre les citoyens, au nom du "Tout Sécuritaire", surenchères aux marottes et colifichets de la droite, tournant le dos à la vrai question capable d'assécher le terreau des assassins, celle de l'égalité et de la République Sociale.

Martin Niemöller 14 janvier 1892 - 6 mars 1984
Martin Niemöller 14 janvier 1892 - 6 mars 1984

«Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique.

Et lorsqu'ils sont venus me chercher, il n'y avait plus personne pour protester. »

Texte de Martin Niemöller" (1892-1984), pasteur protestant arrêté en 1937 et envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen. Il fut ensuite transféré en 1941 au camp de concentration de Dachau. Libéré du camp par la chute du régime nazi, en 1945.

On ne peut s’empêcher de repenser à cette phrase :

« Le monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. »

Albert Einstein

Tag(s) : #Infos et divers

Partager cet article

Repost 0