Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre association n'a pas de frontières.

Notre ami Michel Porcheron journaliste, a écrit dans le journal "Cuba Coopération" un article pour informer ses lecteurs notemment à Cuba l'ile de naissance de Rafael dit le Clown Chocolat.

« Les Amis du clown Chocolat », une association qui mérite plus qu’un détour de piste

Rencontre avec Jean-Pierre Lefèvre

Le clown Chocolat, enfin en pleine lumière, après près d’un siècle d’oubli et d’indifférence, connut à la fin de sa vie, pendant la Première guerre mondiale, une période bordelaise. Clap de fin. Le grand Chocolat était déjà mort. Rafael, épuisé par la maladie, y donna sa dernière représentation.

Chocolat aura deux plaques en son honneur, à Bordeaux, où il trouva la mort dans la misère le 4 novembre 1917, il n’avait pas 50 ans. La première a été dévoilée le vendredi 29 janvier sur le lieu de son décès, rue Saint-Sernin, la seconde sera inaugurée le 6 février au cimetière Protestant de la rue Judaïque. De plus la Ville de Bordeaux a donné le nom d’une Place Clown Chocolat sur l’Aire d’accueil des cirques, Quai des Queyries devant l’Espace Darwin.

Cinq jours avant sa sortie nationale, le film de Roschdy Zem a été projeté en avant-première dans la capitale d’Aquitaine.

Une association « Les Amis du clown Chocolat » - la seule de ce genre dans l’Hexagone- dont le siège est à Bordeaux, s’attache depuis 2014 à faire revivre la mémoire de l’artiste.

Jean-Pierre Lefèvre, un ancien parigot, en est le responsable. Il a bien voulu répondre à nos questions. Son association organise à Bordeaux du 2 au 19 février une « Quinzaine » autour de Chocolat.

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2597

par Michel Porcheron

L‘entrée en piste dès 2014 des « Amis du clown Chocolat »

Rencontre avec Jean-Pierre Lefèvre par Michel Porcheron

"Dans la vie de Chocolat, il y a une ville maudite, c’est Bordeaux. Il ne l’a pas choisie. Non seulement parce qu’il y a trouvé la mort en 1917 (d’une angine de poitrine) dans l’oubli et la misère, au 43 rue Saint-Sernin, un garni pouilleux dans le quartier le plus insalubre de la ville, mais la page de sa grande époque avec Foottit est tournée depuis plusieurs années, on l’a même déclaré mort en 1909, puis « abandonné », sans engagement. On perdit même sa trace pendant la Première guerre mondiale. En réalité, il avait trouvé un travail au Cirque Rancy, premier cirque ambulant, qui en octobre, chaque année, installait son chapiteau à Bordeaux. Il s’éteint le 4 novembre de l’année 1917, le lendemain du jour de la dernière représentation, « comme s’il avait voulu honorer son contrat jusqu’au bout, avant de tirer sa révérence » (Gérard Noiriel).

PROPOS RECUEILLIS par Michel Porcheron

« Les Amis du clown Chocolat », une association qui mérite plus qu’un détour de piste

M.P. : Vous avez un blog qui accorde une grande place à « Chocolat ». Comment est née cette idée ?

Militant associatif, lors de la préparation en 2012 des 9ème Rencontres de cinéma « la Classe ouvrière, c'est pas du cinéma » consacrés aux « étrangers dans la ville », nous avons pris connaissance du livre de l'historien Gérard Noiriel : « Chocolat, clown nègre, L’histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française » (chez Bayard)

"Découverte de la vie d'un « homme ordinaire au destin extraordinaire ». Né à Cuba en 1868, vers 1868, il a été le premier artiste noir en France, précurseur des street-dance, inventeur de la thérapie par le rire, premier clown dans les hôpitaux, couple mixte, il a connu la gloire, vivant les humiliations, les dépassants par le rire, il est mort dans la misère, à Bordeaux le 4 novembre 1917.

« Les Amis du clown Chocolat », une association qui mérite plus qu’un détour de piste

C'est ainsi que notre « Collectif des Amis du Clown Chocolat » s'est créé dans notre ville pour exhumer la vie de cet homme de l'oubli.

M.P. : Parallèlement vous dirigez une association qui elle aussi développe diverses activités, rencontres, etc… autour de Chocolat. Pourriez-vous préciser.

La culture, la littérature, le cinéma bref, l'art sous toutes ses formes est un vecteur de lien, ouvrant toutes les possibilités de transmission de mémoires et plus particulièrement celle de la mémoire populaire, celle des « petites gens », des oubliés de l'Histoire et pourtant c'est eux qui la font. Histoire des combats contre toutes les oppressions, celle des solidarités et de la fraternité, contre le racisme et les préjugés de toutes sortes. Un ami, Arnaud Fleuri a réalisé un court métrage, avec un danseur, Piroger Bakambo interprétant le clown chocolat. Ce film a permis de toucher un large public. Ainsi des citoyens, des enfants, le Public s'approprient cette histoire et font à leur tour des propositions artistiques. Car puiser dans le passé des éléments non seulement oubliés ou cachés, les révéler nous permettent de vivre, d'affronter le présent et de nous projeter ensemble dans l'avenir. M.P. : Quels sont vos contacts avec l’historien Gérard Noiriel et son équipe, qui ont « exhumé » Chocolat il y a déjà plusieurs années ? Il est au courant de nos recherches locales et nos activités, nous l'informons régulièrement.

Omar Sy et Roschdy Zem avec la plaque hommage au Clown Chocolat
Omar Sy et Roschdy Zem avec la plaque hommage au Clown Chocolat

M.P. : Rafael qui s’appelait, selon certains Padilla, mais ce n’est pas confirmé, fut enterré à Bordeaux ? Que faisait Chocolat à Bordeaux en 1917 ? Y a –t-il passé plusieurs années ? Vous avez fait des recherches personnelles, que vous ont- elles apporté ?

En fait nous ne sommes sûrs que du prénom Rafael car comme beaucoup d'enfants d'esclaves, il ne portait pas de nom. Ce nom de Rafael, Padilla, lui a été attribué à sa mort, par l'Officier d'Etat Civil de la ville de Bordeaux à l'âge de 49 ans on confirme sa naissance sur l'Ile de Cuba et sa mort à (environ) 49 ans. [Selon toute vraisemblance, l’Officier, qui ne pouvait « enterrer » un mort sans patronyme, se fia aux déclarations de deux témoins présents, qui avaient connu Chocolat dans sa grande époque. Ils affirmèrent que le défunt s’appelait Padilla. Un patronyme que Chocolat ne porta jamais de son vivant."

Tag(s) : #Le Clown Chocolat à Bordeaux février 2016 à l'Espace Saint Rémi

Partager cet article

Repost 0