Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pendant la Guerre d'Algérie
Pendant la Guerre d'Algérie

Au nom de la laïcité (?) que de des mesures liberticides sont et vont être prises..

Les tenants d'une laïcité exclusive ou fermée (la nomination de Chevènement à de quoi inquiéter) s'appuie ici contre la représentation du "corps de la femme*", s'appuyant sur le "féministes"(?).

Ce débat sur le burkini, (monokini, bikini l'ont connu en leur temps), cache en fait les mêmes pulsions de domination, d'appropriation par les hommes du corps des femmes.

Dans ce cas plus particulièrement des femmes racisées.

Femme voilées, femmes violées .....

Le discours des laÏcs (orthographié ainsi car employé comme terme religieux), des "laïques", s'officialise en France avec les arrêtés des maires de droite comme de gauche (?) visant à l'interdiction du Burkini sur les plages, relayant et couvrant les violences en Corse hier, en Normandie en juillet comme sur la plage de Blonville,

Ces arrêtés font des victimes, les coupables, mais qui trouble l'ordre public ?

De tous temps cette violence faite aux femmes s'est manifestée. Au paroxysme, dans les guerres, la colonisation, l'esclavage, les viols ont été et sont toujours une arme de guerre contre les femmes comme le montre la pièce de MATEI VISNIEC écrite après la Guerre de Bosnie) ;

 

La femme comme champs de bataille 

ou du sexe de la femme comme champs de bataille 

(publié chez Actes Sud en 1996)

Laïcité : la femme comme champs de bataille !

Je n'insisterai pas ici sur cette montée de l'intolérance, l'impunité de milices comme en Corse au prétexte du "on est chez nous (?)" marquant ainsi le début d'un processus menant au totalitarisme. La prise de pouvoir par la bande d'Erdogan a commencé par la mise en cause de l'état laïque, le rejet des minorités, puis imposer le voile aux femmes tout cela au nom de la religion, du nationalisme.

Ne pas croire que nous sommes au-dessus de cela.

Affirmer à tout bout de champs "nos" racines chrétiennes à gauche comme à droite, affirmer comme Hollande vient de le faire que la France protège les catholiques (et les autres ?), cela m'inquiète, moi qui ne suis pas catholique.

NON, NOUS NE SOMMES PAS EN CROISADE, MONSIEUR LE PRESIDENT !


Ce qui est nouveau en France, c'est que ce discours, apanage avant hier de l'extrême droite, hier de la droite aujourd'hui repris par le PS ou comme le dirait Emmanuel Todd le Parti social catho, discours instrumentalisant, utilisant la religion, se servant du communautarisme pour nous diviser, le tout dans ce climat de peur contre les "autres (hier les juifs aujourd'hui les musulmans) pour maintenir l'ordre social qu'ils servent.

Dans l'Histoire nous le savons cette incapacité à résoudre les problèmes sociaux les amènent alors à avancer la politique du bouc émissaire.

La femme y tient le rôle doublement de victime.

Sinistre présage.

Je vous laisse relire ce que disent les textes officiels et publié par l' OBSERVATOIRE DE LA LAÏCITÉ sur la Laïcité. Vous verrez nous avons franchi un pas ....

Et puis une réflexion pertinente de Françoise Vergès, à propos de ceux qui confisquent le féminisme pour imposer l'interdiction du Burkini sur les plages.

Laïcité : la femme comme champs de bataille !

La laïcité repose sur trois principes :

la liberté de conscience et la liberté de culte, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l’égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs croyances ou leurs convictions.

- La laïcité garantit aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs convictions. Elle assure aussi bien le droit de changer de religion que le droit d’adhérer à une religion.

- Elle garantit le libre exercice des cultes et la liberté de religion, mais aussi la liberté vis-à-vis de la religion : personne ne peut être contraint par le droit au respect de dogmes ou prescriptions religieuses.

- La laïcité suppose la séparation de l’Etat et des organisations religieuses. L’ordre politique est fondé sur la seule souveraineté du peuple des citoyens, et l’Etat —qui ne reconnaît et ne salarie aucun culte— ne se mêle pas du fonctionnement des organisations religieuses.

De cette séparation se déduit la neutralité de l’Etat, des collectivités et des services publics, non de ses usagers.
La République laïque assure ainsi l’égalité des citoyens face au service public, quelles que soient leurs convictions ou croyances.

La laïcité n'est pas une opinion parmi d'autres mais la liberté d'en avoir une.

Elle n'est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect de l’ordre public.

Laïcité : la femme comme champs de bataille !

Ne pas se draper dans un "féminisme" dont les plis masquent un révisionnisme réel. Merci pour les précisions Françoise.

Françoise Vergès

11 h ·

Je lis ici et là que le fait que des femmes portent un burkini serait contraire aux combats féministes des années 1970. Je me demande qui étaient ces féministes dont il est question. Aux États généraux des crimes contre les femmes à la Mutualité en 1972, la dénonciation de la nudité dans la publicité, de l'instrumentalisation du corps des femmes par le capitalisme et la consommation. Liberté du corps, s'habiller comme on veut ne signifiait pas la "nudité laïque" mais le refus du diktat sexiste et patriarcal, d'un certain conformisme : pouvoir porter le pantalon au travail, des jupes courtes, des jupes longues, des cheveux courts, des chaussures sans talon, des foulards sur la tête, être topless sur la plage, porter un maillot une pièce...

Ça n'avait rien à voir avec la laïcité telle qu'elle est brandie aujourd'hui. Ce n'était pas au nom de la laïcité que les femmes s'habillaient comme ci ou comme ça mais au nom de leur liberté. Évidement, la liberté en question n'était pas complète, mais c'est comme aujourd'hui: on ne vit pas dans une société entièrement libérée de préjugés, normes, conformismes.

Mais c'est surtout que la manière dont ces années 1970 du féminisme sont présentées sert une ré-interprétation idéologique au service d'une politique racialisés. Elle réduit les luttes féministes à un truc assez dérisoire -le style vestimentaire- alors qu'il était aussi question de "libération des femmes" de luttes anti-impérialistes, anti-patriarcales et anti-capitalistes. Et, dès le milieu des années 1970, il existe des groupes de femmes immigrées, de femmes réfugiées politiques, puis la Coordination des femmes noires qui parlent d'autre chose que de style vestimentaire.

Cette relecture des luttes des femmes dans les années 1970 participe d'un révisionnisme qui tend à effacer des formes de radicalité politique. Et "le" féminisme - qui a toujours été pluriel, traversé de tensions et de frictions - devient un truc totalement idiot.

Je ne suis pas toujours à l'aise avec ces terme "féminisme" ou "féministe," mais là, c'est trop! Trop de femmes se sont battues en prenant des risques réels, contre les violences faites aux femmes, contre le viol, les lois discriminantes, contre un virilisme dont les hommes sont aussi victimes, pour que leurs luttes soient réduites à "ma liberté c'est enlever le haut puis le bas."

Instrumentaliser ces luttes pour réprimer des femmes aujourd'hui est une insulte.

"Sauver les femmes de couleur des hommes de couleur", pour reprendre l'expression de Gayatri Spivak, est une vieille stratégie coloniale. Elle est reprise aujourd'hui. Et les droits des femmes sont utilisées, plus que jamais, pour contribuer à la répression, ils deviennent même l'instrument le plus invoquée pour justifier des mesures discriminantes, racistes et répressives. Il est temps de redonner aux luttes des femmes leur dimension subversive.

http://www.marieclaire.fr/,au-secours-des-femmes-violees-au-congo,20258,372159.asp
http://www.marieclaire.fr/,au-secours-des-femmes-violees-au-congo,20258,372159.asp

LA FEMME COMME CHAMP DE BATAILLE OU DU SEXE DE LA FEMME COMME CHAMP DE BATAILLE DANS LA GUERRE EN BOSNIE

ACTES SUD-PAPIERS, 1997

La pièce nous met en présence de deux femmes plongées dans la réalité de la tragédie bosniaque. L'une, la Bosniaque, a été violée. L'autre, l'Américaine, en tant que psychologue, est venue soutenir les équipent qui ouvrent des charniers, mais craque nerveusement devant l'horreur. Dorra et Kate, deux mondes qui se rencontrent, l'Est et l'Ouest, deux femmes bouleversées à vie par l'histoire, toutes les deux victimes, toutes les deux marquées à vie. L'une dans l'intimité de sa chaire, l'autre dans l'intimité de sa conscience. Qui a le plus besoin de l'autre ? De cette rencontre naîtra un dialogue, une amitié profonde, une complicité pour trouver la sortie du cauchemar.

Tag(s) : #Infos et divers

Partager cet article

Repost 0