Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jeudi 11 Juillet 2013, dans le cadre de son expo temporaire sur Venise l'Institut Bernard Magrez invitait une "tête de gondole".

Je plaisante mes c'est un "monstre" bien inoffensif : Agnès Varda et .................................. ses pommes de terre !

Artiste libre et inventive

Artiste libre et inventive

Tout d'abord Agnès Varda tient à rendre hommage aussi bien aux équipes des métiers du cinéma (techniciens, artistes , figurants ) qu'à tous les publics, en insistant sur l'échange la nourrissant et nourrissant ses films.

Elle nous parle de son premier court métrage avec Philippe Noiret débutant avec un manque total d'expérience et comme autodidacte déclarée puisque c'est son jeune monteur à l'époque un certain Alain Resnais qui va s'étonner de ses lacunes en matière de culture cinématographique.

Comme elle le reconnait ces débats et remarques l'ont fait côtoyer la cinémathèque à Paris, où si vous aviez la chance de la rencontrer un soir , elle continuait le débat sur un trottoir Place du Trocadéro (j'ai eu la chance de vivre cette expérience au siècle dernier.

Rapport au temps. Il y a des temps voir comme dans le film Cléo de 5 a 7.

Cette histoire est tournée autour de l 'attente de résultat médicaux, en temps réel entre 17 h et 19 h.
Elle revient toujours au court. En alternance avec la fiction et le documentaire.
Les plages d Agnès retranscrit ses combats ( féminisme, contraception, politiques etc .).
Ce qui m intrigue dans la vie c'est la réalité base de mon travail de fiction.
Dans Les glaneurs et la glaneuse a travers la rencontre hasardeuse avec les pommes de terre en forme de cœur vont lui faire entreprendre un travail artistique sur l'évolution du tubercule, elle crée même un costume appelé patatutopia.
Le travail d'artiste est un peu appelé par le hasard.
Tout est une affaire de représentation et d 'installation .
Ne pas s enfermer dans un genre.
Qu'est ce qui se transmet ? Les "invariants" ce qui est commun ici et là-bas autour du film sur les Veuves de Noirmoutier film traduit en chinois.
Qu'est ce qui dans la vie de ces femmes touche les visiteurs pékinois lors de la visite de son exposition à Pékin mêlant ses souvenirs rapportés de Chine en 1957 (avant la Révolution Culturelle) et son univers artistique.

A bientôt Madame Varda qui pendant cette heure et demi a laissé parler son expérience et tiré quelques vérités comme pourtant on le dit ne sont pas toujours bonnes à dire.

Belle rencontre estivale à l'Institut Bernard Magrez ce jeudi 11 juillet;

TOUT NE VA PAS SI MAL !

ah j'oubliais, c'est aussi la compagne d'un autre grand cinéaste Jaques Demy le nantais réalisateur des Parapluies de Cherbourg et des Demoiselles de Rochefort entre autre.

Tag(s) : #cinéma

Partager cet article

Repost 0