Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je ne sais pas si l'expression "prendre un bouillon" vient de là, mais il est intéressant de connaître à travers l'histoire du cinéma l'Espace Saint Michel, un peu d'histoire du monde du spectacle et des loisirs sans en prendre un (de bouillon).

Car en effet à l'origine ce cinéma était un bouillon (?).

Le « bouillon Gandon ».

L'Espace Saint Michel  au temps des bouillonsL'Espace Saint Michel  au temps des bouillons

L'Espace Saint Michel au temps des bouillons

Mais qui en a eu l'idée ?

Et pourquoi l'ancêtre des restaurants populaires a-t'il eu un tel succès?

Ouvriers, étudiant, employés s'y retrouvaient le soir autour du menu et d'une table commune.

Certains bouillons après le service organisaient des spectacles. C'est comme cela que l'Espace Saint michel a introduit petit à petit le cinéma, qui a supplanté l'activité d'origine.

Petit rappel les frères Lumière organisèrent leur première projection privée et payante le 28 décembre 1895 (dont la sortie usines Lumière) au Salon Indien du Grand Cafe à Paris, le 7 ème art naissait.

Les frères Auguste et Louis Lumière

Les frères Auguste et Louis Lumière

S'appeler Lumière pour les créateurs du cinéma moderne, ne manque pas de sel (de nitrate d'argent)

Pour en revenir aux Bouillons.

L'histoire commence à Paris en plein Second Empire avec Pierre Louis Duval (1811-1870).

Boucher français, ancien fournisseur des cuisines des Tuileries, propriétaire de plusieurs boucheries de détail dans Paris, il eut l’idée de créer, en 1860, une douzaine de petits restaurants à plat unique et à prix fixe.

Le premier Bouillon, rue de Montesquieu, fut bientôt suivi d’une douzaine d’autres. Son fils Alexandre développa cette chaîne de restaurants avec succès, édifiant une immense fortune.

Il ne reste plus qu’un survivant des Bouillons Duval,.

Le restaurant Julien, aménagé en 1902 dans le plus pur style Art nouveau qui n’a malheureusement plus rien du restaurant populaire d'origine.

ex bouillon Julienex bouillon Julien

ex bouillon Julien

Le concept est repris à la toute fin du XIXe siècle par Camille et Édouard Chartier qui ouvrent un premier bouillon rue du Temple, puis un second, rue de Faubourg Montmartre.

Suivent ensuite Vagenende, le Bistro de la Gare et le Bouillon Racine, sur la Rive Gauche.

Les bouillons étaient tous décorés dans le style Art nouveau et respectaient plus ou moins implicitement le même plan.

Chez Chartier toujours en activitéChez Chartier toujours en activitéChez Chartier toujours en activité

Chez Chartier toujours en activité

Un service a fond hier et aujourd'hui. Les oeufs mayo, Ah les oeufs mayo....Un service a fond hier et aujourd'hui. Les oeufs mayo, Ah les oeufs mayo....Un service a fond hier et aujourd'hui. Les oeufs mayo, Ah les oeufs mayo....

Un service a fond hier et aujourd'hui. Les oeufs mayo, Ah les oeufs mayo....

Une avant-salle équipée d’un bar s’ouvre sur la rue, et une grande salle à l’arrière, divisée par une balustrade, est souvent surmontée d’une verrière.

Seul Chartier, inscrit à l’inventaire des Monuments historiques, a conservé sa vocation de restaurant populaire. Dans l’immense salle décorées de boiseries et de cuivres pouvant accueillir jusqu’à 350 convives, se presse tous les jours une foule hétéroclite.

A la carte quand même.

A la carte quand même.

Surnommé un temps le Maxim’s des pauvres, Vagenende, un ancien bouillon Chartier, Son décor est spectaculaire et l’addition est à l’avenant.

Le Bouillon Racine, un autre ancien de la famille Chartier, a été vendu à des brasseurs belges qui proposent leur cuisine nationale derrière la façade d’origine.

Le Bistrot de la Gare, dernier ex-bouillon Chartier, est devenu Bouillon Roujeot en 1924, puis Bistro Romain avant de passer au Groupe Flo. Il a également abandonné le créneau des repas à très bon marché, mais sert toujours le carpaccio de boeuf à volonté dans son fabuleux décor.

Jean Pierre Lefèvre

Chez Vagenende, bouillon Racine et bouillon MontparnasseChez Vagenende, bouillon Racine et bouillon MontparnasseChez Vagenende, bouillon Racine et bouillon Montparnasse

Chez Vagenende, bouillon Racine et bouillon Montparnasse

Et si cela vous a mis en appétit,

Pas cher Chartier autrement les autres. Mais il faut faire des économies.

Carnet d’adresses

Chartier, 7, rue du Faubourg Montmartre. Métro Grands Boulevards. Ouvert tous les jours de 11 h 30 à 15 h et de 18 h à 22 h. www.bouillon-chartier.com/

Bouillon Racine, 3, rue Racine. Métro Cluny-La Sorbonne ou Odéon. Fermé les lundis et mardis. Accueil jusqu’à 23 h www.bouillon-racine.com/

Vagenende, 142, boulevard Saint-Germain. Métro Mabillon ou Odéon. Ouvert tous les jours en continu jusqu’à 1 h du matin. Réservations recommandées (01.43.26.68.18) www.vagenende.fr/.

Le Bistro de la Gare, 59, boulevard du Montparnasse. Ouvert tous les jours.

Julien, 16, rue du Faubourg Saint Denis. Ouvert tous les jours.

Tag(s) : #Infos et divers

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :