Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un flot ininterrompu, des morts par milliers.
Un flot ininterrompu, des morts par milliers.

Chronique d'une mort annoncée.

Bien sûr, la mort de ces centaines d'hommes, de femmes, d'enfants en Méditerranée, fuyant la misère, les dictatures, objet des pires marchandages de négriers, victimes du pillage des guerres orchestrées par les multinationales, accentue ce silence assourdissant, cette impuissance "volontaire" des Autorités qui arrange bien nos consciences et accentue notre gène.

Bien sûr, faire un parallèle cette catastrophe et la mort ce 17 avril 2014, de Gabriel Garcia Marquez, peut sembler décalé ?

La vie d'un très grand écrivain qui a mis sa plume au service de la littérature grace à elle, a mené les combats pour la justice sociale, contre la misère et l'exploitation des "petites gens" par les dictatures au service des compagnies nord américaine en Amérique du Sud, ne me semble pas en décalage.

"Se souvenir est facile pour ceux qui ont de la mémoire, oublier est difficile pour ceux qui ont du cœur." Gabriel Garcia Marquez

Gabriel Garcia Marquez

Un écrivain engagé.

Bien sûr, les funérailles de l'auteur de Cent ans de solitude, prévisibles ont laissé un vide immense à ce jour béant et rendant d'autant plus fort ce silence assourdissant de nos intellectuels, écrivains devant la tragédie annoncée de ces centaines de milliers de migrants aux portes de l'Europe, leur eldorado.

Raisonner pays par pays, alors que la catastrophe humanitaire est mondiale et elle aussi annoncée est un non sens.

Aujourd'hui, on semble si loin des préoccupations de Gabriel Garcia Marquez, celle d'un homme parmi les hommes, celle d'un homme dénonçant, s'engageant contre les puissants responsables de la dégradation de notre Monde.

Nous sommes si loin des agitations politiques de nos "élites" et de leur impuissance devant cette catastrophe dont nous voyons poindre les prémices et qui s'accélèrera avec les problèmes liés au réchauffement de la Terre.

Cette situation ne doit pas nous laisser indifférent, impuissant, résigné.

L'alternative n'est pas de nous enfermer dans nos citadelles de pays riches face à l'invasion "de barbares" mais de considérer que notre Planète est un tout et que nos choix et notre confort sont construit sur la misère des Peuples du Monde sans respect pour le vivant.

Nous ne pouvons laisser faire.

Engageons nous !

"Tout le monde veut vivre au sommet de la montagne, sans soupçonner que le vrai bonheur est dans la manière de gravir la pente."

Gabriel Garcia Marquez

Tag(s) : #lecture

Partager cet article

Repost 0