Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les anagrammes surgissent lorsqu’on mélange les lettres d’un mot ou d’une expression, en vue de former un nouveau mot, une nouvelle expression.

 

Rediffusion du 24 septembre 2016

C’est ainsi que Marie est l’anagramme bien connue d’aimer et que La Conversation scientifique est l’anagramme moins connue de Ce qu’on sait à côté, vers l’infini.

Loin de secréter quelque sens caché du monde, les anagrammes consistent d’abord et avant tout à jouer avec la matrice orthographique des mots. Cette saine occupation ne donne pas toujours de bons résultats, mais il arrive qu’elle produise des pépites si fascinantes qu’elles nous rendent kabbalistes à l’insu de notre plein gré.

Mais elle n’est pas qu’un jeu. Il y a eu, dans le passé, un usage très sérieux des anagrammes. Par exemple, pour communiquer ses découvertes les plus nouvelles et les moins sûres, Galilée se servait d’anagrammes qu’il envoyait à d’autres astronomes, qui étaient aussi ses concurrents. Ce procédé lui permettait de s’assurer de la priorité de ses observations tout en lui donnant le temps de les vérifier et de les affiner…

Mais quels liens les anagrammes ont-elles – ou n’ont-elles pas – avec la philosophie ?

Invités : Raphaël Enthoven et Jacques Perry-Salkow, auteurs de Anagrammes pour lire dans les pensées (Actes Sud, 2016).

Tag(s) : #Débats et réflexions ouvertes, #lecture

Partager cet article

Repost 0